Loading...

Want to create awesome contents like this one?

enquête à Plassac - Copy Author: carine.bres

Genially description

Genial.ly

Social Share

Transcription

fresques de la première période de la villa de Plassac

l'empreinte d'une patte de chien

ENQUETE A PLASSAC

Gironde

villa rustica

Ce même matin Lucius et Pline, son précepteur, se dirigeaient vers le verger pour leur première leçon. Ils traversaient le vestibule quand un esclave courut vers eux, affolé : "Au secours il y a un cadavre dans le canal "! Pline demanda à Lucius d'appeler son père , le maître de la villa, pendant qu'il examinait le corps. Le serviteur pensait que l'homme s'était noyé en tombant. Il montra au précepteur une trace de sang sur le bord du bassin. Mais celui-ci découvrit une blessure profonde à l'arrière de la tête probablement faite par un objet tranchant. "Ce ne peut être qu'un ouvrier du chantier" pensa Pline qui décida de mener l'enquête sous couvert d'appendre à son élève les différents métiers des ouvriers présents dans la villa.

Lucius et son précepteur arrivèrent sur le chantier où les ouvriers construisaient l'hypocauste dont ils leur expliquèrent le fonctionnement. L'ouvrier montrait à quel endroit on faisait du feu pour chauffer les tubulures lorsque, soudain il decouvrit une marteline ensanglantée ! "D'où vient ce sang ? " s'éxclama-t-il. " Je crois, Lucius, que nous venons de découvrir l'arme du crime !" déclara le précepteur.

Il venait à peine de terminer sa phrase quand ils entendirent le couvreur se plaindre qu'il lui manquait une tuile qu'il avait mise à sécher la veille avec les autres...

«Je suis bien content d'arriver dans notre belle villa de vacances, après tout ce trajet je suis épuisé et j'ai des courbatures partout » s'écria Julius.Comme tous les étés, Julius Martius et sa famille arrivaient dans leur villa de Blattiacum qui était cette année-là en plein travaux de modernisation. La villa dominait l'estuaire de l'Aquitania et on y cultivait la vigne ; grâce au fleuve tout proche et aussi au port, le commerce du vin se faisait plus facilement avec les autres régions de l'Empire. Le chariot s'arrêta face à un bassin qui longeait la façade, après avoir traversé le verger.

Le précepteur Plines'émerveilla du spectacle des grandes voiles des bateaux marchands naviguant sur l'estuaire. Quand il entra dans la salle à manger belvédère, il admira les mosaïques faites de marbres polychromes : jaunes, rouges, blancs, noirs et bleus. Les maîtres étaient allongés sur les banquettes moelleuses du triclinium, le précepteur vit un magnifique collier d'or autour du cou de dame Calypsa. Des serviteurs apportaient les plats, canard aux dattes et poisson au fenouil.

Lucius et Pline entrèrent dans la nouvelle salle à abside où les mosaïstes travaillaient. Pline alla voir le plus vieux des mosaïstes, Milvius, qui était toujours accompagné de son chien Tigris. Lucius lui demanda quels outils ils utilisaient. L'artisan répondit : « Nous avons besoin d'une marteline et d'un tranchet qui servent à couper les tesselles de terre cuite ou de pâte de verre, que l'on disposera sur du mortier. Le mortier est fait avec du sable, de la chaux et de l'eau ».. Pline, d'un ton suspicieux, reprit : « Combien avez-vous de martelines ? » L'ouvrier, surpris, lui répondit : « Je n'en ai plus qu'une,

Lucius et Pline entrèrent dans la chambre où ils découvrirent trois hommes : le plâtrier posait le mortier sur les murs, le pictor parietarius traçait les lignes principales et le pictor imaginarius créait les motifs. Ils s'approchèrent du plâtrier qui était en train de poser le mortier sur le mur. Lucius désigna un panier rempli de morceaux de fresque et demanda ce que c'était, le plâtrier répondit : « Ce sont les débris des fresques que j'ai décollées du mur car elles étaient démodées.» Ils le suivirent jusqu'au dépotoir où il jeta son chargement. Soudain, Lucius aperçut parmi les débris une tuile neuve, sûrement celle du couvreur ! Elle portait l'empreinte d'une patte de chien... Qui avait bien pu la jeter là ?

Un matin Calypsa se réveilla aux bruits des esclaves qui déchargeaient les bateaux à quai. Ses servantes se chargèrent de sa toilette, pendant qu'elles lui démêlaient les cheveux Calypsa se brossait les dents avec son doigt, elles lui firent un chignon tenu par des épingles en or, maquillèrent ses paupières d'un bleu d’Égypte ainsi que ses lèvres, l'habillèrent d'une tunique à manches courtes fermée par des fibules, la parfumèrent et l'épilèrent. L'une des servantes alla enfin chercher les bijoux de sa dame, mais lorsqu'elle ouvrit le coffret, le collier avait disparu !

Nous l'avons visitée le 9 mai 2017

Nous vous présentons la villa de Plassac

tubulures

pilettes

foyer

plancher

chauffage à hypocauste

Les membres de la famille passèrent sur un petit pont pour rejoindre le vestibule où ils furent accueillis par tous les esclaves de la villa. Pendant que les ouvriers guidaient les propriétaires curieux de voir l'avancement des travaux, Lucius, leur fils, courait dans la villa en pensant qu'il allait enfin avoir de vraies vacances sans école. Mais à leur retour, ses parents lui annoncèrent la mauvaise nouvelle : «Mon fils, pendant les vacances tu auras un précepteur. »Le visage de Lucius se décomposa peu à peu, ses rêves de liberté s'envolaient !

Julius Martius, le maître de maison, annonça à Pline qu'il aurait la charge d'éduquer son fils Lucius pendant toutes les vacances. Le précepteur s'inclina et sortit.

Eh bien Lucius, as-tu trouvé qui est le coupable du meurtre, ainsi que celui du vol du collier de dame Calypsa ? Récapitulons les indices :

la marteline ensanglantée

réplique d'un collier gallo-romain

Et toi lecteur attentif, as-tu trouvé le coupable ? As-tu compris le rapport avec le vol du collier ? Si tu veux retrouver les indices dans le récit retourne au début de l'enquête Si tu veux donner ta langue au chat, Lucius va t'aider

- Voyons, réfléchis Lucius, et regarde les indices de près, l'encouragea Pline.- Une marteline... si je me souviens bien c'est un outil utilisé par les ................................................., se rappela Lucius.- Excellent ! Et la tuile, pourquoi a-t-elle été jetée à ton avis ?- Sûrement parce qu'elle possédait un indice important... la patte de chien ! Mais bien sûr, le meurtrier .................................................................................................................................................................................................... C'est donc lui le meurtrier !- Très bon raisonnement jeune homme, et maintenant, quel est le mobile du crime ? Rappelle-toi qu'il a eu lieu très tôt le matin ou tard le soir et que votre mère a découvert le vol de son collier le matin même.- J'imagine que le voleur a été ................................... par l'esclave et n'a pas hésité à l'assommer avec ce qu'il avait sous la main : une .................................................................... qu'il a ensuite jetée sous l'hypocauste en pensant que personne ne la trouverait.- Exactement !. Eh bien jeune maître, il ne reste plus qu'à aller informer votre père que nous avons brillamment résolu cette énigme ! Lucius était fier de lui, décidément ces vacances étaient passionnantes !

merci aux personnes qui nous ont fait la visite et nous ont initiés aux techniques de la fresque et de la mosaïque.

l'autre je l'ai perdue ».

5ème Shakespeare Collège J. Prévert Bourg sur Gironde

Full transcript

Get inspired